Bilan Carbone Belgique

2) Champ d'étude

2) Champ d'étude de la méthode Bilan Carbone

Les émissions prises en compte dans le bilan carbone portent sur les émissions directes et indirectes :

  • Emissions directes : celles qui sont liées à l'activité interne de l'entreprise.
  • Emissions indirectes : celles qui sont émisses chez le fournisseur (en amont) et chez les clients (en aval)

Les postes clés d'un bilan carbone couvrent les émissions suivantes :

  • L'utilisation d'énergie fossile dans l'entreprise
  • Les procédés industriels hors combustion (par exemple une fuite de gaz réfrigérants)
  • L'achat d'électricité ou de vapeur par l'entreprise
  • Le transport des matières premières, des produits finis et le fret interne
  • Le déplacement des travailleurs, des visiteurs, etc.
  • La fabrication des matières premières et des matériaux utilisé pour l'activité (papier, plastique, acier, produit chimique, etc.)
  • La fin de vie des déchets directs ou indirects (emballage, eaux usées, etc.)
  • L'utilisation des bâtiments, des machines, etc. (immobilisations)
  • Les services achetés
  • L'utilisation des produits vendus (consommation d'énergie) et à leur fin de vie (déchets)


Dans la pratique, ces postes vont être classés en 4 périmètres. C'est à l'entreprise qui réalise son bilan carbone de choisir si celui-ci va porter sur 1, 2, 3 ou 4 périmètres. Evidement, plus on englobe de périmètres, plus l'évaluation des émissions sera complète et plus les possibilités d'actions seront nombreuses.

  1. Premier périmètre : les émissions directes de GES liées à la combustion d'énergie à l'intérieur de l'entreprise (procédés de production, transport interne, chauffage des bâtiments) et à la fuite de gaz réfrigérants.
  2. Second périmètre : les émissions indirectes liées à l'utilisation de vecteurs énergétiques à l'intérieur de l'entreprise (électricité et chaleur/vapeur).
  3. Troisième périmètre : toutes les autres émissions indirectes (déplacement des travailleurs, déplacements des visiteurs, fret, consommables, nourriture).
  4. Quatrième périmètre : on peut encore aller plus loin en calculant les émissions générées par les achats de services, l'utilisation des produits vendus aux clients, les déchets, l'amortissement du matériel, des bâtiments, etc.